Mis en avant

RÉCENTS DÉVELOPPEMENTS

Pendant le mois de mai, contrairement à ce que nous annoncions plus tôt, nous tiendrons 2 méditations en ligne (de 45 minutes chacune environ) par semaine et non seulement une seule: soit chaque mercredi à 18 h et chaque dimanche à 11 h.

Contactez-nous à lanouvelletribu2021@gmail.com pour recevoir les coordonnées Zoom auparavant.

Aussi, nous travaillons à préparer le calendrier du mois de juin…
à venir bientôt…

prendre / apprendre / comprendre

7 mai 2021

l’apprentissage est un processus infini…

si Socrate (ou était-ce Aristote, ou plutôt Jean Gabin ?) a affirmé que la seule chose qu’il savait c’est qu’il ne savait rien, est-il possible alors d’apprendre quoi que ce soit si c’est pour éventuellement ne rien savoir de toute façon ?

ou encore possible de comprendre quoi que ce soit ? nous-même en premier lieu…

pour tenter de faire la lumière sur cette question, allons au fond des mots… tout d’abord avec le terme prendre dont sont composés les deux mots vedettes du jour:

PRENDRE
Mettre avec soi ou faire sien
Agir de façon à avoir, à posséder quelque chose ou quelqu’un

drôle de mot que ce prendre, car que peut-on prendre au juste ?

on peut prendre le temps, temps qui n’existe pas vraiment alors que on se fait prendre au piège du temps…

ou se prendre au sérieux, ce qui est très drôle quand on essaie de le faire…

ou prendre la peine, ce qui n’est pas plus gai… qui est pris qui croyait prendre alors…

mais si on ajoute le préfixe ap, prendre devient apprendre…

APPRENDRE
Acquérir par l’étude, par la pratique, par l’expérience une connaissance, un savoir-faire, quelque chose d’utile
Être informé de quelque chose qu’on ignorait
Enseigner à quelqu’un quelque chose, lui faire acquérir une connaissance, un savoir-faire, une expérience
Communiquer une information à quelqu’un, lui faire savoir quelque chose

comme on voit, soit on n’apprend rien, soit on apprend à s’apprendre soi-même… au mieux on peut apprendre à s’aimer soi-même… ou encore on peut apprendre quelque chose à autrui, ce qui est en soi un défi si on conçoit qu’apprendre de et sur soi est déjà un beau défi…

que peut-on apprendre aux autres alors que l’on apprend soi-même ?

car la vie consiste à développer un savoir-être, qui se traduit par un savoir être, apprendre à s’aimer soi se doit d’être le premier pas… qui perdure tout au long de notre vie car la job de bras qui consiste à s’aimer est une never-ending histoire d’amour… de soi, aux autres éventuellement…

on peut aussi apprendre découvrir des faits qu’on ne connaissait pas auparavant… apprendre est donc une perpétuelle découverte… en soi ou à l’extétieur… comme dans dé couvrir, enlever la couverture – d’ombre ou d’ignorance – en projetant une lumière sur des pans de soi-même ou sur des faits extérieurs…

apprendre à se connaître soi-même, à se découvrir, est probablement l’un des plus grands défis de la vie… on peut apprendre diverses choses, mais s’apprendre soi-même ou apprendre sur soi-même, nous qui sommes en changement et en transformation constante, demande de la fluidité car nous sommes un processus continu de changement en soi…

ainsi apprendre implique inévitablement ouverture d’esprit pour que la lumière pénètre les tréfonds de notre âme, fluidité car la vie coule de soi et en soi, et flexibilité car jamais rien d’acquis… que changement, que changement…

puis éventuellement, peut-être on en arrive par comprendre… prendre avec…

COMPRENDRE
Contenir en soi
Faire entrer dans un ensemble
Avoir une idée su sujet de quelque chose ou quelqu’un;
saisir le sens de quelque chose
Se faire une idée claire des causes, des motifs de…
Se rendre compte de…
Avoir une attitude compréhensive envers quelque chose ou quelqu’un

on peut bien avoir une ou des idées au sujet de soi, de quelque chose ou d’autrui, ce ne seront toujours que des idées… et les idées, on sait que ça change, sauf chez les fous et les folles

la vie est une grande scène sur laquelle nous jouons notre vie… à quitte ou double… en ce moment, nous vivons une grande comédie dramatique dans laquelle certain(e)s éprouvent surtout de la peur et des craintes, d’autres de la frustration et de la colère envers les diverses formes de contrôles qui se sont resserrés depuis plus d’un an…

mais ultimement, d’après moi, l’une des choses que l’on doit comprendre des événements actuels, c’est que nous ressentons probablement tous et toutes de la peur au fond de soi, au coeur de soi… peur face à l’avenir principalement… peur de perdre, soit la santé ou la liberté selon notre vision des choses… peur de perdre ceux et celles qu’on aime, et éventuellement, peur de perdre la vie qui nous anime… même si on dit que celle-ci est impossible à perdre car nous ne faisons que changer de forme…

et si on doit apprendre quelque chose, c’est peut-être de vivre avec cette peur qui se trouve au fond de notre coeur… peur accompagnée d’une confiance et d’une foi équivalentes… à nous de donner vie et attention à ce que l’on juge le plus précieux…

allez, prenons notre temps… car il n’existe pas…

écouter son coeur

6 mai 2021

traduction: tu vas savoir que tu as pris la bonne décision lorsque la paix vibre en ton coeur… arrête d’écouter ce que le monde dit que tu devrais faire… commence à écouter ton propre coeur… il n’y a que quelques personnes en ce monde qui vont demeurer complètement vraies avec toi et tu devrais être l’une d’elles… écoute ta propre voix, ton âme à toi, car de trop nombreuses personnes écoutent le bruit du monde plutôt qu’eux mêmes… au plus profond de toi, tu sais ce que tu veux, ne laisse personne d’autre décider cela pour toi

on nous dit souvent d’écouter notre coeur… mais avouons-le, pas toujours évident… car souvent la tête s’en mêle, s’emmêle et nous emmêle avec elle… souvent le mental vient brouiller les cartes routières de la prochaine marche à suivre… souvent on calcule plutôt que de sentir…

mais l’idée de jauger nos décisions à prendre à la qualité de la paix qui règne en notre coeur me semble constituer un bon critère… car on a beau peser et soupeser les pours et les contres de chaque situation, le doute est parfois tenace…

parfois, en cas de dense doute, quand le doute danse avec nous, on a beau calculer, tenter de prédire, essayer de prévoir et tenter de deviner le chemin que l’on veut marcher pour la suite de nos prochains pas, la lumière ne se révèle pas toujours facilement… quand on marche dans le noir, il faut faire confiance à nos pieds qui foulent le sol, faire confiance à chacun de nos pas…

mais pour être en mesure d’écouter son coeur et surtout de bien le décoder, il faut s’arrêter, faire silence, peser sur pause… ne pas vouloir savoir, qu’écouter… et être patient(e)…

ici, dans la forêt et dans les jardins, autour de la maison, il y a tant à faire… tellement que parfois j’en suis étourdi… alors dans ces moments, je laisse mon corps bouger comme bon lui semble…

car parfois, faute de pouvoir interpréter proprement mon coeur, je me fies à mon corps et le laisse me guider, car this little heart of mine réside en ce corps porteur de notre âme…

et ce petit coeur de soie, we all gonna let it shine…

ci-bas, petit mode d’emploi simple comme abc et 1 2 3…

note à moi-même: lorsque les choses sont accablantes, souviens-toi: une pensée à la fois, une tâche à la fois, un jour à la fois…

et une respiration après l’autre…

Méditer en ligne ? ouatte de ailes !

5 mai 2021

depuis plus d’un an, plusieurs choses se font en ligne… Zoom est devenu une activité, un mode de communication, une façon de côtoyer ses ami(e)s, apprenti(e)s étudiant(e)s et collègues de travail… OK Zoomeur 😉

par comme en personne, mais c’est ça qui est ça… pour le moment…

personnellement, je n’apprécie pas les rencontres virtuelles qui comportent trop de communication… je m’y perds dans les mots…

très réticent au début, j’ai tout de même commencer à organiser des méditations / rencontres pour quelques ami(e)s de notre groupe… des rencontres d’environ 45 minutes, ponctuées de bribes de silence, de quelques pièces musicales et de quelques mots de sages, souvent Osho, mais pas uniquement…

si le silence peut nous faire nous perdre dans le cyberespace de notre mental et autres catastrosphères, le fait d’agrémenter ce silence de musique et de mots inspirants et portant à réflexion rend la séance plus connectante, plus sensuelle, comme dans le sens de l’écoute active… les notes et mélodies des sacrés hymnes et les quelques mots qui font respirer le silence nous permettent de demeurer présent(e)s – et connecté(e)s, car on écoute ensemble…

je médite depuis plus de 40 ans… je précise non pas pour me vanter car la plupart du temps, pendant les méditations, je pars dans ma tête, mais au fil de mes voyages intersidéraux, j’ai appris à en revenir… au souffle, au bout de mon nez, à l’observateur en moi, à celui qui se pogne lorsque parti ben raide… comme on dit, spacer out 7 fois, mais respacer in 8…

car avec le temps, on apprend effectivement à ne pas s’identifier aux fluctuations de notre mental, on apprend à l’observer, sans résistance, sans tenter d’arrêter de penser… surfer plutôt que de nager à contre-courant…

tel que je disais plus haut, je ne suis pas un grand fan des rencontres virtuelles… j’ai résisté longtemps… puis j’ai cédé… car besoin de connection, besoin de contacts même si pas charnels…

et s’il y a une chose qui me semble mieux adaptée aux rencontres Zoom que toute autre, c’est bien la méditation… assis chacun(e) chez soi, en soi, avec la simple respiration et l’observation du mental comme occupations, et en présence d’un groupe qui nous rappelle que nous ne sommes pas seul(e)s même si assigné(e) à résidence en solo pour plusieurs d’entre nous…

ces séances, grandement appréciées de plusieurs parmi nous, dont moi le premier qui les prépare et les organise, permettent une connection d’âmes et d’esprits, une collégialité minimale… d’ici à ce que l’on se revoit en chair et en corps mes très cher(e)s…

si on éteint nos écrans pendant la méditation, on s’aperçoit la binette au début et on se salue par un simple namasté… puis, à la fin de la séquence silence et musique et quelques bons mots – bene dictions – il y a possibilité pour ceux et celles qui le veulent d’échanger quelques mots avec les autres faces dans notre écran… car ces faces ne sont pas que des faces, ce sont aussi des coeurs qui vibrent à l’unisson, des âmes qui en connection…

ces méditations en ligne sont la base de cette nouvelle tribu que je tente d’instaurer… car comme on ne peut se voir pour le moment, personnellement ces rencontres périodiques me gardent en contact avec mon monde, mon tout petit monde d’ami(e) et de longue et de courte date… car pas besoin de communiquer, possible de communier directement…

si le coeur vous dit d’espérimenter – comme dirait notre gourou des mots Sol, ce soir nous organisons une séance spéciale… contactez-moi à latribuvirtuelle2021@gmail.com pour que je vous fasse parvenir le lien Zoom….

à ce soir peut-être dans le cyberespace de nos coeur communs…

paix et amour tout le tour du monde

♥♥♥ – 4/5/2021

traduction:
puissiez-vous être en paix…
puisse votre coeur demeurer ouvert
puissiez-vous vous éveiller à la lumière de votre nature profonde
puissiez-vous être guéri(e)
puissiez-vous être une source de guérison pour tous les êtres…

– prière Bouddhiste Tibétaine

ce matin je partage avec vous les sages mots de cette prière… en ces temps instables comme rarement auparavant, du moins en apparence car probablement toujours instable au coeur de notre monde, il me semble approprié de semer de l’amour, de la lumière, de la compréhension, de la guérison…

car tant de peur, d’ombre, de croyances aveugles et de souffrance en ce monde actuellement…

souhaitons le mieux et le meilleur à tous et toutes, peu importe comment on perçoit la situation actuelle… et non seulement à ceux et celles qui pensent comme nous

car peu importe nos croyances et nos vues sur les événements extérieurs, nous portons tous et toutes une partie du même grand coeur humain battant au même rythme, nous sommes tous et toutes une infime partie de la même grande âme vivante, qu’elle soit humaine, animale, végétale minérale ou éthérique…

car lorsqu’on souhaite le mieux et le meilleur à autrui, c’est aussi à nous que nous le souhaitons… et à l’inverse, quand on méprise ceux et celles qui ne partagent nos croyances et nos idées, c’est soi qu’on méprise…

on dit que le karma est instantané… le retour du balancier ne prendra pas place plus tard dans cette vie ou dans une prochaine… non, le retour est immédiat…

quand j’haïs autrui, la contraction de mon coeur est immédiate…

quand j’ai peur et que j’imagine le pire, c’est maintenant que le pire se manifeste…

quand je ne pense qu’à moi, c’est moi qui s’isole…

alors

puissiez-vous être en paix…
puisse votre coeur demeurer ouvert
puissiez-vous vous éveiller à la lumière de votre nature profonde
puissiez-vous être guéri(e)
puissiez-vous être une source de guérison pour tous les êtres…

La nouvelle Tribu

En ces temps particuliers, certains – moi le premier – ressentent le besoin de maintenir et conserver un minimum de contact avec des gens aux intérêts et aspirations similaires.  Pour le moment, cela se passe principalement à distance, situation actuelle oblige, mais un jour on devrait finir par se revoir en personne, pour de vrai.

D’ici là, voici le volet virtuel de La nouvelle Tribu…

Le nom La Tribu a déjà été utilisé dans les années 2000; ainsi La tribu repose en paix, et Vive La nouvelle Tribu !

Jadis, nos rencontres avaient principalement lieu en personne pendant la moitié chaude de l’année, et lors du temps plus froid, nous nous rencontrions une fois par mois, mais les échanges virtuels permettaient de maintenir un contact minimal précieux alors. En ces temps particuliers, nous sommes un peu dans une situation inverse alors que les contacts se font surtout d’écran à écran, en attendant le jour où ils redeviendront «en chers et en corps». 

Mais comme en ce moment, la seule chose que nous savons avec certitude est que l’on en sait moins que jamais auparavant au sujet de l’avenir – ce qui a toujours été le cas mais on l’oubliait.

Ainsi, en ce sens, pendant (la fin de, espérons) ce confinement, l’idée est demettre sur pied un groupe d’ami(e)s at large qui interagira dans un premier temps sur différentes plate-formes (Zoom, messagerie, forum). Mais le plus tôt possible l’espérons-nous, nous nous rencontrerons dans la forêt pour faire silence, et l’écouter, la prier, pour prendre soin d’elle et pour chanter parmi les grands arbres, sages ancêtres.

Comme le développement de La nouvelle Tribu sera déterminé en bonne partie par les personnes qui la composeront, notamment l’équipe ressources en train de se constituer – pour tout de suite, la structure demeure flexible et adaptable, question de laisser le projet respirer de lui-même, en compagnie de certain(e)s d’entre vous.

info: lanouvelletribu2021@gmail.com

Les graines de ce projet

tiré d’une chronique sur atidion.com

♥♥♥ – 7/4/21
les chroniques d’un nôbodé…

salut lecteur/trice…

ce matin, envie de partager avec vous, mon petit monde, cette toute petite idée toute gênée au début qui, avec le temps chaud j’imagine, est finalement sortie de terre après quelques mois de germination… en effet, ça fait quelques mois qu’une toute ptite graine de projet germait en moi…

et hier, subitement, spontanément, instinctivement pourrais-je dire, avec le beau temps et à la vue de ce dessin qu’une amie hollandaise m’avait offert il y a une trentaine d’années (et qui a déjà servi de logo à l’une de nos de formations nommée La Tribu), ça a fait bing ! et LA nouvelle TRIBU a montré sa ptite face au soleil…

encore qu’un projet que je compte continuer d’élaborer et à mettre sur pied pendant les prochaines semaines… mais envie de vous le présenter ici ce matin pour, d’une certaine façon, mieux le définir pour moi-même afin d’y voir plus clair… rien comme écrire pour mieux se comprendre parfois…

tout d’abord, la forme…

en toute simplicité, avec une certaine naïveté même, un cercle constitue le centre de l’image… le cercle, mouvement perpétuel, forme rassembleuse s’il en est une… ainsi que deux petites plumes pour rendre hommage aux créatures ailées et aux premières nations, on leur doit tant de respect, et un grand pardon… on trouve aussi quelques traits horizontaux (un noir, un rouge) qui font penser à des petites vagues (sans lien avec celles qu’on subit depuis un an ;-)… fluidité… et finalement, deux petites pantoufles laissées à la porte – welcome home en toute humilité – et un point d’exclamation face à la vie… et le noir et blanc, avec une touche de rouge… tout y est…

puis le fond…

le concept d’un cercle créatif est fondé sur le partage des talents de diverses personnes… car tout le monde est créatif, chacun chacune a des forces à partager et quelque chose à apporter au monde…

quant à l’intention de collectif de présence, je pense ici à présence comme dans présence à soi et présence aux autres, mais aussi à présence en ce monde connecté en ce moment par la force des choses plus que jamais… car nous sommes toujours liés quoi qu’on l’oublie souvent, depuis un an la Covid nous le met dans la face… pas qu’avec le masque…

aussi, présence comme dans qualité de présence, autant en ligne, car la vie nous l’impose, qu’en personne, quand on pourra… mais ici en forêt, possible d’être ensemble sans être enfermé(e)…

tout n’est pas encore clair au niveau du fonctionnement… ça continue à mariner, comme dans mer d’idées, et à maturer, comme la vie qui nous laboure…

j’ai toujours été en cheminement au sein de divers groupes… pour moi, essentiel de me sentir connecté avec un groupe de personnes qui cheminent ensemble, et partagent mes valeurs, soit le respect, l’entraide, la sincérité et l’apprentissage de la présence, à soi, aux autres, au monde… car la présence des autres soutient notre présence à soi-même… et vice et versa… la présence nous relie… inter connexion…

mais en même temps que je sens le besoin de connection avec autrui, tout aussi important pour moi de vivre dans la solitude et le silence ici en forêt, en ouvrant l’espace des bois ici à autrui, à vous qui le sentirez…

c’est pourquoi cette forme de reliance alternera entre présence virtuelle et rencontres de groupe, au rythme où cela sera possible évidemment… mais avec le beau temps qui revient, et la forêt qui sort de neige et de ses glaces, un beau terrain de jeu s’ouvre ici pour jouer dehors… particulièrement essentiel pour les gens qui vivent en ville et qui voudraient en sortir à l’occasion… car la nature est la principale enseignante…

l’idée est d’offrir un lieu, un espace, en ligne et en nature, pour permettre des rencontres riches et inspirantes… en réponse aux besoins du moment… pour nourrir le coeur et l’âme…

depuis de nombreuses années, on a essayé à maintes occasions de démarrer un projet de communauté de vie… mais au fil des années, nous avons vieilli et nous sommes devenus plus individualistes que jamais auparavant il me semble… mais les choses changent, et nous devront le faire aussi…

l’idée est donc, pour le moment, de créer une communauté virtuelle, dans un premier temps, et de mettre les lieux ici à la disposition de gens qui veulent se rencontrer une fois de temps en temps pour faire silence, chanter et méditer… et qui sait ce que la suite pourra faire se manifester dans la matière…

alors sur ces fondations encore en développement initial, mais avec un enthousiasme certain, on continue de mijoter cette plate-forme de connexion d’interdépendance entre âmes de bonne volonté…

vous allez sûrement en entendre parler ici davantage… mais pour le moment, ça ressemble à ça…

à suivre…